Juan Breá  
  Aucune photo  

«Les auteurs de ces Carnets sont des personnages hors série. Mary Low, de souche australienne, avec des ancêtres britanniques, français et une grand-mère aborigène (...) a rencontré Juan à la terrasse de la Coupole à Montparnasse en 1933. Breá, cubain de souche française, a d’abord été un révolté romantique, admirateur de José Marti, puis animateur du groupe H, proche du surréalisme et revenu de Moscou trotskysant. (...) Après la rencontre avec Mary, (...) ils fréquentent, à Paris, le groupe surréaliste, rencontrent Benjamin Péret, André Breton. En août 1936, ils sont à Barcelone. Ils en partiront à la fin de l’année quand s’annonce la réaction stalinienne. Ils ont rédigé leurs carnets en quelques semaines. (...) Ce livre est un recueil de morceaux d’anthologie. (...) C’est la vision même qui a été révélée récemment à de nouvelles générations par le grand film de Ken Loach, Land and Freedom.» Pierre Broué, La Quinzaine littéraire

 
DU MÊME AUTEUR
AUX ÉDITIONS VERTICALES


Carnets de la guerre d'Espagne